nubie-international.fr
nubie-international.fr
nubie-international.fr

GEOMORPHOLOGIE DE L'AFRIQUE


Au premier âge de la Terre (environ trois milliards d'années), la croûte primitive, de ce qui sera plus tard l'Afrique, est essentiellement constituée de roches éruptives (granite, syénite, gabbro...) formées en profondeur (affleurantes après érosion), et de roches effusives déversées en surface par les volcans. Elles construisent notamment une immense chaîne de montagnes appelée, Saharides. Un milliard d'années d'érosion rabote cette première croûte laissant quelques socles qui formeront les cataractes du Nil.

A l'époque secondaire (il y a environ deux cents millions d'années), le vaste continent appelé Gondwana amorce sa dislocation et les différents fragments : Afrique, Antarctique, Australie, Brésil, Madagascar et l'Inde s'éloignent les uns des autres en s'individualisant.

 

Ce phénomène est accompagné de plusieurs évènements :

- l'inversion des pôles magnétiques, qui se renouvellera de nombreuses fois tout au long des ères géologiques.

- la présence d'une nouvelle calotte glacière. Les indices de calottes glaciaires sont d'ailleurs aisément reconnaissables étant donné les sédiments spécifiques qu'elles engendrent. Les masses continentales (la tectonique des plaques) s'étant déplacées, des sédiments glaciaires peuvent se retrouver de nos jours sur des continents qui ne sont plus en position polaire.

- des éruptions volcaniques et des invasions marines répétées.

L'Afrique se fissure, dérive et atteint des latitudes équatoriales humides.

Au cours des millénaires suivants, les transgressions marines sur les marges du bouclier africain laissent des sédiments argileux, gréseux ou coquilliers. Ils modèlent le sol du Sahara et de la Vallée du Nil.

 

Pour en savoir plus, lire annexe 2

 

A l'époque primaire, le nivellement provoque un affaissement au nord-ouest de la future Afrique. Il est suivi de l'envahissement partiel du continent par les eaux. D'épaisses couches de grès sont alors déposées par d'immenses chenaux instables. Aux environs de quatre cent vingt millions d'années (milieu de l'ère primaire), la mer recouvre la partie nord de l'Afrique et y accumule des schistes à graptolites, futures réservoirs du pétrole saharien.

A la fin de l'époque secondaire, lorsque l'Afrique migre vers le Nord, elle atteint des latitudes équatoriales et se couvre de conifères. Ces derniers constituent les vestiges de bois silicifiés que l'on trouve dans le désert. De grands fleuves transportent sable et argile et les déposent dans les lacs et les marais. Ces matériaux, une fois cimentés, formeront les grès de Nubie, roches-réservoir de la nappe phréatique actuelle.

La Méditerranée, partie prenante de la fameuse Téthys, ne s'ouvre qu'aux environs de quatre vingt quinze millions d'années et sa profondeur s'accroît au Paléogène, soit soixante cinq millions d'années.

A l'époque tertiaire (à partir de soixante cinq millions d'années), un immense complexe de lacs et de fleuves sculptent le paysage. Au bord des grands plateaux, l'eau de ruissellement dégage de larges vallées mettant en valeur des montagnes tabulaires appelées, gours.

Les régions africaines du Sahara et de la Vallée du Nil font partie des rares témoins de la première formation de la Terre.

 

 

Société des Cultures Nubiennes

Vous êtes ici > GEOGRAPHIE > Géomorphologie
version fran├žaise english version
scn egypte soudan nil desert nubie nubia pyramides cataractes meroe kawa djebel barkal kerma ile de sai
scn egypte soudan nil desert nubie nubia pyramides cataractes meroe kawa djebel barkal kerma ile de sai