nubie-international.fr
nubie-international.fr
nubie-international.fr

DEUXIEME REGROUPEMENT (rive Ouest) :

à Ouadi es-Séboua, les temples d'Ouadi es-Séboua, Dakké et Méharraqa 

Les temples d'Ouadi es-Séboua 

Les temples d'Ouadi es-Séboua, situés à environ 160 km au sud d'Assouan sont édifiés au Nouvel Empire : 
- le plus ancien, sous le règne d'Amenhotep III est un hémi-spéos précédé d'un pylône en brique comprenant une cour et une pièce principale. Il est dédié à une représentation nubienne d'Horus. Ramsès II y fait des restaurations et agrandit l'édifice, en avant du pylône d'Amenhotep III. 
- le second, celui de Ramsès II, construit par Sétaou "Fils royal de Koush", est situé à 150 m au nord-est de celui d'Amenhotep III. Les divinités majeures sont Amon et Rê-Horakhty.

Lorsque Champollion s'arrête à Ouadi es-Séboua, le 21 janvier 1829, le temple est enfoui sous les sables : "Nous étions à Ouadi es-Seboua, la vallée aux lions qui reçoit ce nom d'une avenue de sphinx placés sur le dromos... C'est le plus mauvais travail de l'époque de Ramsès le Grand. Les pierres de la bâtisse sont mal coupées, les intervalles étaient masqués par du ciment sur lequel on avait continué les sculptures, qui sont d'une exécution assez médiocre". A la même époque, Sétaou emploie les meilleurs ouvriers aux décors du grand temple d'Abou Simbel. 

Trois pylônes séparaient deux cours à ciel ouvert avec les sphinx qui ornent  l'allée centrale. 
Par un escalier, on accède à une terrasse qui débouche sur une cour péristyle décorée de 10 piliers osiriaques. Sur les murs latéraux (nord et sud), les princes et princesses, enfants de Ramsès II, sont immortalisés. Au nord, on observe les quatre taureaux de Ptah et la clepsydre (pendule à eau) de Sekhmet la Lointaine. Sur le troisième pylône (en avant de cette cour péristyle), se dresse un des quatre colosses de Ramsès figuré en porte-étendard tenant l'effigie du dieu Amon à tête de bélier. Près de la jambe gauche du souverain, Bent Anat, fille d'Isis Nofret, accompagne son père. Sur le pylône, on observe l'illustration classique de l'offrande des prisonniers faite aux dieux Amon et Rê-Horakhty. 

A partir de la salle hypostyle, on pénètre dans la partie excavée dans le roc. Elle est ornée de scènes d'offrandes et de l'image de Ptah qui autorise au souverain de nombreuses fêtes Sed (fêtes pour célébrer l’anniversaire du couronnement du roi).

nubie-international.fr
nubie-international.fr
nubie-international.fr
nubie-international.fr
nubie-international.fr
nubie-international.fr
nubie-international.fr
nubie-international.fr
nubie-international.fr
nubie-international.fr
nubie-international.fr
nubie-international.fr
Temples and fortresses along the Nile valley before the building of the High Dam of Assouan / Temples et forteresses de la vallée du Nil avant la mise en eau du Haut-Barrage d'Assouan
Gathering of the temples along the Nile valley, after the building of the High Dam of Assouan / Regroupement des temples de la vallée du Nil après la mise en eau du Haut-Barrage d'Assouan
Shore of the Nubia lake (Nasser lake) near Ouadi es-Seboua / Rivage du lac Nubia (lac Nasser) dans la région d'Ouadi es-Séboua
The unfinished chapel of Meharraqa was the southern border of the Dodecaschoene (territory under the greco-romane power) at 125 km from Assouan / La chapelle inachevée de Méharraqa marquait la limite sud du Dodécaschoène (territoire sous influence gréco-romaine) à 125 km au sud d'Assouan
Inside the only room of the chapel of Meharraqa / Intérieur de l'unique salle de la chapelle de Méharraqa
Greco-roman temple of Dakke built with the meroïte king Ergamene / Temple gréco-romain de Dakké construit en collaboration avec le roi méroïte Ergamène
Hypostyle rooms and sanctuary of the temple of Dakke / Salles hypostyle et sanctuaire du temple de Dakké
Ouadi es-Seboua temple built under the king Ramses II / Temple d'Ouadi es-Séboua construit sous Ramsès II
Sphinx alley wearing the crown of Upper and Lower Egypt, representing the king Ramses II in the Ouadi es-Seboua temple / Allée de sphinx portant la couronne de Haute et de Basse Egypte, symbolisant le roi Ramsès II dans le temple d'Ouadi es-Séboua
Statue of Ramses II lying near his temple of Ouadi es-Seboua / Colosse de Ramsès II abandonné près de son temple de Ouadi es- Seboua
Here from the west, the Ouadi es-Seboua temple, dédicated to Amon-Ra and Ra-Horakhty was situated on the banks of the Nile (Photo Unesco/Paul Almasy 1960) / Ici, vu de l'ouest, le temple d'Ouadi es-Séboua dédié à Amon-Ra et Ra-Horakhty était situé au bord du Nil (Photo Unesco/Paul Amasy 1960)
From the east, the temple dedicated to Amon-Ra and Ra-Horakhty at Ouadi es-Seboua (Photo Unesco/Paul Almasy 1960) / Vu de l'est, le temple dédié à Amon-Ra et Ra-Horakhty à Ouadi es-Séboua (photo Unesco/Paul Almasy 1960)

Le pronaos, de forme transversale, donne accès au sanctuaire qui se compose de trois chapelles. Celle du centre recevait la barque divine et de hauts-reliefs très abîmés figurent Ramsès II divinisé entouré d'Amon et de Rê-Horakhty. A l'époque chrétienne, le temple est transformé en église. On discerne dans le sanctuaire, une peinture murale représentant Saint Pierre avec, à côté, les restes d'un bas-relief où Ramsès semble lui offrir un bouquet de fleurs. 

En 1964, un don des Etats-Unis permet de sauver le temple. L'Egypte le reconstruit environ 60 m plus haut.  

Le temple de Méharraqa

Le temple de Méharraqa était situé à environ 125 km au sud d'Assouan. En 1961, l'Egypte assure le démontage et la réédification de l'édifice dans le second regroupement. 
 
Cette chapelle inachevée date de l'époque romaine. Elle est consacrée au dieu Sérapis et à la déesse Isis. Sérapis est un dieu gréco-alexandrin dont le culte est institué à la fin du IVe siècle avant notre ère. Possédant les attributs d'Osiris et de Zeus, il permet un syncrétisme (union) entre les religions égyptienne et grecque. Sérapis a pour parèdre la déesse égyptienne Isis. Ils ont un fils nommé Harpocrate. 

Cette petite structure avait été érigée à Hierasykaminos, ville frontière entre le royaume méroïtique et la province du Dodécaschoène de l'empire romain. Elle comporte une salle hypostyle avec un portique sur trois côtés et un escalier en spirale qui permet d'accéder à la terrasse. Pour Champollion Méharraqa... "n'est point sculpté, et partant d'aucun intérêt pour moi qui cherche les hadjar-maktoub (les pierres portant des hiéroglyphes) comme disent nos Arabes". 

Le temple de Dakké 

Ce temple est consacré à Thot, Intelligence divine, maître des sciences (du temps et de l'exactitude) et Seigneur des lettres. Cette "maison divine" est tournée vers le Nord. Cette orientation ainsi que les bas-reliefs de "la Lointaine", sont une allusion à l'inondation et à la puissance de la crue qui est attendue en Egypte. 

Dédié à Thot  de Pnoubs, il devient à l'époque gréco-romaine le lieu mythique où l'Inondation entre dans un territoire contrôlé par l'Egypte. Le roi alexandrin, Ptolémée II et le souverain méroïtique, Ergamène, décident de le construire non loin de Kouban, ville située au débouché des pistes menant aux mines d'or. 

La Nubie est impliquée dans la légende de "la Lointaine" confirmant la course du soleil et l'arrivée de l'inondation. Dans une petite salle partant de la chapelle d'Ergamène, ces phénomènes sont représentés sur un mode poétique où la lionne, "la Lointaine", se laisse séduire par les paroles d'un cercopithèque (singe), en réalité symbole du dieu Thot.
Selon les textes anciens .... quand les dieux vivaient sur Terre, le Soleil Rê régnait sur sa création. Sa fille Tefnout, ardente et brûlante, vivait dans le désert nubien. Elle était un fléau pour les habitants, soulevant sable et poussière. En Egypte, Rê voulait revoir sa fille et demande à son fils, Shou, de partir à sa recherche et de lui ramener "la Lointaine". Il lui donne des armes infaillibles : "le coeur de sa lumière" et son "Verbe", les personnifiant sous l'apparence de Thot. Shou et Thot arrivent en Nubie, mais avant de s'approcher de la Redoutable (la Lointaine), ils se transforment en cercopithèques. Tefnout se laisse persuader par les paroles de Thot qui, prudent, lève les bras en signe d'adoration. Le dieu en profite pour lui vanter les délices de la vallée égyptienne, région de paix et d'abondance. Il lui parle des cultes qui lui sont rendus et qu'elle ignore. Il lui conte quelques fables et Shou lui fait comprendre combien elle manque à leur père. Le "verbe de la lumière" touche le coeur de la lionne qui accepte de suivre les deux émissaires. Sur le chemin du retour, le trio rencontre des chanteurs qui se joignent à eux. Aux marches de la Nubie, avant qu'elle ne franchisse le sol égyptien,Shou l’immerge dans les eaux de la Première Cataracte pour l’apaiser. Un miracle se produit : Tefnout apparaît sous les traits d'Hathor la Bienveillante, déesse de la joie et de l'amour universel. Pendant neuf jours, la descente du Nil se fait sous les ovations de la foule qui salue la fille du Soleil, en réalité le retour de l'Inondation. L'Egypte est en paix et peut vivre dans l'abondance, Tefnout étant rentrée chez son père. 

Le sanctuaire qui date du roi Ergamène, est complété d'un second édifice sous l'empereur Auguste. Le pronaos est construit sur ordre de Ptolémée III. Sur le pylône, seules les parois de la porte sont sculptées : à gauche, le roi devant le dieu Thot avec les déesses Tefnout et Hathor, à droite, le souverain devant la déesse Isis. 

On a trouvé des vestiges du Moyen et du Nouvel Empire : des pierres portant les cartouches d'Amenemhat 1er et des blocs provenant d'un ancien temple bâti sous Hatchepsout et Thotmès III pour l'Horus de Baki (Kouban) y furent découverts. 

Il fallait attendre le niveau le plus bas des eaux du lac de retenue du premier barrage d'Assouan pour que l'édifice soit visible, limitant ainsi la période de travail.  Entre 1962 et 1965, le site est fouillé et le temple reconstruit par le Service des Antiquités égyptiennes près de la chapelle de Méharraqa, non loin du temple d'Ouadi es-Séboua. 

 

 

version fran├žaise english version
scn egypte soudan nil desert nubie nubia pyramides cataractes meroe kawa djebel barkal kerma ile de sai
scn egypte soudan nil desert nubie nubia pyramides cataractes meroe kawa djebel barkal kerma ile de sai