nubie-international.fr
nubie-international.fr
nubie-international.fr

PREMIER REGROUPEMENT (rive Ouest) :

 le temple d'Amada, de Derr et la tombe de Pennout

 

Le temple d'Amada

 

Cet édifice est déplacé en décembre 1964, à 2,5 km de son lieu d'origine et 65 m plus haut. La partie postérieure, pesant environ 900 tonnes, est transportée d'un seul tenant. Cette prouesse est réalisée par une équipe française sous la direction de Jean Trouvelot, architecte, Inspecteur général des Monuments Historiques, et maître d'oeuvre de l'opération de 1964 à1965. La finesse des décors, stuqués et peints, ne peut supporter un découpage. Le saint des saints est séparé du vestibule, appelé aussi pro-naos (22 m de profondeur et 9 m de largeur), entouré d'une gangue de béton et posé sur des chariots. Grâce à un système hydraulique (des vérins permettant une flottaison permanente), il est déplacé sur trois voies de chemin de fer jusqu'à son emplacement actuel

 

Le sauvetage est difficile, Amada est éloigné de tout. Une crue exceptionnelle oblige la construction d'une digue. Un terrain inégal ne facilite pas la pose des 150 m de rails, qui se fait au fur et à mesure. La chaleur de l'été déshydrate le béton. Le déplacement dure trois mois. Sur le nouveau site, le temple retrouve son orientation d'origine.

Cet édifice, consacré à Amon et Rê-Horakhty, est construit sous Thotmès III et son fils, Amenhotep II (sanctuaire et vestibule). Thotmès IV fait ériger la salle hypostyle et Séthi 1er, le pylône. Ce dernier et son fils, Ramsès II, y apportent quelques restaurations et décors.

La salle hypostyle, constituée de colonnes cannelées protodoriques, attire l'attention de Jean-François Champollion lorsqu'il s'arrête à Amada le 18 janvier 1829 : "... elles sont évidemment le type de colonne dorique grecque ; et par une singularité digne de remarque, je ne les trouve employées que dans les monuments égyptiens les plus antiques..."

 

Le sanctuaire renferme deux inscriptions majeures. La plus ancienne, de la troisième année du règne d'Amenhotep II, est une stèle cintrée sur le mur du fond (à l'est).

Le texte mentionne les travaux effectués sous Thotmès III et décrit une guerre victorieuse en Asie d'Amenhotep II : "Sa Majesté est retournée pleine de joie vers son père Amon après avoir tué de sa propre massue les sept chefs qui étaient dans le district de Takhesy, chefs qui furent ensuite pendus à la proue du bateau de Sa Majesté".

L'autre, sur la gauche côté nord, parle de la défaite de Libyens qui avaient tenté d'envahir l'Egypte durant la quatrième année de règne de Merenptah, quatorzième fils de Ramsès II.

Les bas-reliefs de la chapelle de gauche décrivent les cérémonies de fondation et de la consécration du temple par Thotmès III et Amenhotep II. Ceux de la chapelle de droite, figurent des scènes d'offrandes.

nubie-international.fr
nubie-international.fr
nubie-international.fr
nubie-international.fr
nubie-international.fr
nubie-international.fr
nubie-international.fr
nubie-international.fr
nubie-international.fr
Temples and fortresses along the Nile valley before the building of the High Dam of Assouan / Temples et forteresses de la vallée du Nil avant la mise en eau du Haut-Barrage d'Assouan
Gathering of the temples of the Nile valley after the buiding of the High Dam of Assouan / Regroupement des temples de la vallée du Nil après la mise en eau du Haut-Barrage d'Assouan
Shore of the Nubia lake (Nasser lake) / Rivage du lac Nubia (Lac Nasser)
Coming alongside the Nubia lake (Nasser lake) / Accostage sur le rivage du lac Nubia (Lac Nasser)
Amada temple situated on the western shore of the Nile and built mainly under the king of Thotmes III / Temple d' Amada situé sur la rive occidentale du Nil et construit principalement sous le roi Thotmès III
Amada temple situated on the western shore of the Nile and moved up over rails (French mission directed by Jean Trouvelot) / Temple d' Amada situé sur la rive occidentale du Nil et déplacé sur des rails pour être repositionné 60 mètres plus haut (Mission Française dirigée par Jean Trouvelot )
The Derr temple was situated on the eastern side of the Nile, facing Amada before its reconstruction on the western side. The temple has been built under the king Ramses II and is dedicated to Ra-Horakhty (Photo Unesco/Paul Amasy 1960) / Le temple de Derr était situé à l'origine sur la rive orientale du Nil, en face d'Amada. L'hémi-spéos a été reconstruit sur la rive occidentale dans le second regroupement. Le temple édifié sous Ramsès II est dédié à Ra-Horakhty (Photo Unesco/Paul Almasy 1960)
Today, the Derr temple situated on the western side of the Nile. The temple has been built under the king Ramses II and dedicated to Ra-Horakhty / Aujourd'hui, le temple de Derr situé sur la rive occidentale du Nil. Le temple édifié sous Ramsès II est dédié à Ra-Horakhty
The entrance of the grave of Pennout. He was the vice-king of Nubia under Ramses VI / L'entrée de la tombe rupestre de Pennout. Il était le vice-roi de Nubie sous Ramsès VI

A Champollion, l'honneur de conclure : "la sculpture du temple appartient à la belle époque de l'Art Egyptien et est bien préférable à celle de Derri (Derr) et même aux tableaux religieux d'Isamboul (Abou Simbel)".

 

Le temple-spéos de Derr (à l'origine sur la rive est)

Ce spéos de 33 m, construit sous Ramsès II dans la seconde moitié de son règne, est dédié à Amon-Rê. Son plan et son orientation sont identiques à ceux d'Abou Simbel, excepté la monumentalité et les quatre colosses. On observe dans le sanctuaire, les mêmes dieux assis dans la niche : Rê-Horakhty, Ramsès II divinisé, Amon-Rê et Ptah.

 

Champollion découvre les vestiges du temple le 17 janvier 1829 :"nous étions à Derri, la capitale actuelle de la Nubie, où nous soupâmes en arrivant par un clair de lune admirable, et sous les plus hauts palmiers que nous eussions encore vus... là j'ai trouvé une liste rang par rang d'âge, des fils et des filles de "Sésostris" (Ramsès II) qui me servira à compléter celle d'Ibsamboul....

C'est là que j'ai pu fixer mon opinion sur un fait assez curieux, je veux parler du lion qui dans les tableaux d'Ibsamboul et de Derri accompagne toujours le conquérant égyptien. Il s'agissait de savoir si cet animal était placé là symboliquement pour exprimer la vaillance et la force de Sésostris, ou bien si ce roi avait réellement comme le pacha d'Egypte, un lion apprivoisé, son compagnon fidèle dans les expéditions militaires. Derri décide la question. J'ai lu, en effet, au-dessus du lion se jetant sur les Barbares renversés par Sésostris, l'inscription suivante : "le lion, Serviteur de Sa Majesté, mettant en pièces ses ennemis".

 

Il ne reste que quelques piliers osiriaques dans la première salle de l’hémi-spéos. En revanche, la salle hypostyle présente de très beaux reliefs polychromes :

- une scène dépeint une campagne de Ramsès II en Nubie

- sur le mur du fond, le roi brandit sa massue hedj s'apprêtant à sacrifier un groupe de captifs tandis que son fameux lion attaque d'autres Nubiens

- Ramsès II défile, à la fois comme grand prêtre et souverain déjà divinisé.

Le vestibule, sorte de salle hypostyle, décrit des scènes rituelles du culte divin. Quant au sanctuaire, on note la représentation de barques divines avec, au fond, les grands dieux flanqués de Ramsès.

 

Il est probable que ce temple-spéos, dédié à la forme solaire du roi, ait été aménagé pour la célébration de son premier jubilé. Dans la première salle, un bas-relief montre Ramsès recevant des dieux Nefertoum et Amon-Rê, le signe jubilaire Heb-Sed.

En 1965, l'Egypte démonte ce dernier monument encore en place. Les ouvriers découpent dans le rocher les parties de l'édifice pour le replacer près de celui de Amada.

 

La chapelle funéraire du vice-roi de Nubie, Pennout.

"Fils royal de Koush" sous Ramsès VI (XXe dynastie), Pennout se fait inhumer à Aniba, sur la rive ouest en face de Qasr Ibrim.

Sa tombe ne comporte qu'une seule salle. A droite, les bas-reliefs décrivent la vie du vice-roi avec une donation de terres pour le culte de statues royales. Le texte mentionne que Pennout a reconquis des territoires sur les peuples du Sud. A gauche, le « fils royal » et son épouse, se présentent dans l'attitude de la prière. On observe des scènes de funérailles.

La niche aménagée dans le mur du fond abrite trois statues en mauvais état. De chaque côté de cette niche, des scènes d'adoration montrent le défunt, son épouse et ses enfants devant différentes divinités.

La tombe de Pennout est mise à l'abri des eaux en 1964 grâce à un don des Etats-Unis, mais les travaux de réédification sont à la charge de l'Egypte.

Aniba ou Miam, est capitale de la Basse-Nubie au Nouvel Empire. Les fouilles archéologiques de Reisner et de Firth (1907-1911) fournissent par l'étude de 151 nécropoles, soit 8000 tombes, d'importantes données sur l'histoire générale de la Nubie.

 

Des tombes de princes nubiens (Djehouty-hotep et Amenemhat) construites au temps de l’occupation égyptienne, datent des règnes de la reine Hatchepsout et de Thotmès III. En revanche, celle de Heqanefer correspond au règne de Toutankhamon, mais le personnage est aussi présent dans la tombe thébaine de Houy, vice-roi de Nubie à la fin de la XVIIIe dynastie.

En effet, les titres de ces princes montrent qu'ils étaient éduqués à Thèbes, à la cour du souverain en compagnie des princes royaux, dans une institution appelée « les enfants du Kep ». Ils étaient formés aux règles de l'administration égyptienne, puis envoyés dans leur pays d’origine en qualité de gouverneur.

 

 

version fran├žaise english version
scn egypte soudan nil desert nubie nubia pyramides cataractes meroe kawa djebel barkal kerma ile de sai
scn egypte soudan nil desert nubie nubia pyramides cataractes meroe kawa djebel barkal kerma ile de sai